logo

Studio des Cristalliers

Yoga - Bien-être - Arts martiaux
Espace culturel

4, rue des Cristalliers - Montpellier

Menu

Thomas Bertin

Instructeur de Systema Sibirskiy Viun

 

Globalement, quelle est ta démarche ?

Amener les gens à mieux comprendre leur corps à travers l’exercice physique dans un premier temps. Ensuite réussir à appliquer les principes dans la vie quotidienne, nous sommes beaucoup pollués par notre environnement, notre attention est trop sollicitée par tout et n’importe quoi. Je dirai donc ensuite allier corps et esprit pour mieux aborder la vie en général.

 

Que souhaites-tu apporter aux élèves ?

Une façon de penser et de concevoir le corps pour la vie de tous les jours, et pas que pour la salle. Je veux qu’ils deviennent autonome, qu’ils pensent par eux même. Rien n’est figé dans la pratique telle que je la conçois.

 

Des points clés de ton parcours ?

J’ai démarré les arts martiaux en 1997 par le Kenpô de Patrick Lombardo. J’ai surtout accroché à la discipline grâce à l’approche de mon professeur de l’époque : Mohammed Temmar qui officie maintenant à la commission de MMA. C’était surtout des entraînements très physiques, beaucoup de combats et de compétition. J’en garde un très bon souvenir et suis resté en contact avec certains amis de l’époque. Ensuite en 2005 j’ai commencé à travailler en sécurité et je commençais doucement à me poser des questions plus martiales, comme sur les attaques au couteau et pistolets. J’ai continué à m’entrainer en Daido Juku pendant 2 ans avec Shinya sensei, un élève de Jukusho. C’est Sery , un ami à moi de longue date qui m’y a emmené.
En même temps, je découvrais le silat SDS de l’école Fred Maestro, un système expéditif de self défense axé sécurité et police.
Ensuite grosse remise en question vis-à-vis des arts martiaux, je cherche autre chose et là je tombe sur le Systema. Je me dis c’est quoi ce truc bizarre et je vais faire un cours. Ca me plait beaucoup mais je dois déménager et du coup je continue mes recherches et je tombe sur l’Aunkai et des vidéos d’Akuzawa Sensei et je me dis c’est quoi ce truc de fou, je commence à m’entraîner seul avec les DVD et je vais faire un premier stage un mois après. Là je me rends compte qu’il y a autre chose qui existe que de frapper sans réfléchir.
Ensuite je rencontre le Systema Sibirskiy Viun au contact de Walid Aloui le représentant pour la Suisse et je tombe amoureux de l’art martial. Je commence à m’entrainer en parallèle de l’Aunkai et je pars ensuite trois mois en Russie pour continuer et approfondir ma formation auprès du fondateur Dmitriy Skogorev.

 

Comment définirais-tu les pratiques corporelles ?

Un travail permanent de recherche et sur l’égo.

 

Quels principes souhaites-tu transmettre ?

Je veux surtout que les gens comprennent les choses par eux même, je leur donne juste un certain matériel pour qu’ils se découvrent un peu mieux, beaucoup de personnes ne connaissent pas le potentiel de leur propre corps et de leur esprit. J’espère pouvoir les éclairer dans cette voie.

 

Quelle pratique enseignes-tu et pourquoi celle là en particulier ?

J’enseigne maintenant le Systema Sibirskiy Viun. J’aime la discipline pour son côté pragmatique, la compréhension est facile d’accès et logique, simplement il faut savoir écouter et observer. C’est un système qui englobe tous les domaines (travail à mains nues, travail au sol, les armes, le sparring) et qui est ancré dans le présent alors que beaucoup trop d’école vivent dans un système figé ancré dans le passé.

 

A qui conseilles-tu le Systema Sibirskiy Viun que tu enseignes ?

A tout type de personne qui s’intéresse à l’art martial, à leur sécurité ou à leur santé. Je ne veux par contre pas faire croire aux gens qu’ils seront meilleurs s’ils pratiquent chez moi plutôt que chez un autre et je ne cherche pas à leur vendre du rêve. Je ne vends pas un système clef en main avec 3 ans de garantie. Je souhaite juste que les personnes viennent me voir avec l’esprit ouvert.